La TRINITÉ : plagiat des triades païennes ?

UN SEUL DIEU en 3 PERSONNES : Dieu le PÈRE, son FILS unique, et l’ESPRIT SAINT qui procède du Père et du Fils. C’est la TRINITÉ chrétienne, confessée par tous les chrétiens fidèles à la profession de foi des premiers siècles (credos). 

Mais pour les non-croyants, la TRINITÉ chrétienne serait un dogme irrationnel et incompréhensible, ou alors un succédané des triades païennes.

Pour les chrétiens, la TRINITÉ est le mystère par excellence de Dieu tel qu’Il s’est révélé Lui-même. Les raisons de le croire sont nombreuses…

 

Tous les vrais chrétiens confessent la Trinité du Père, du Fils et du St Esprit. Sans quoi ce ne sont plus d’authentiques chrétiens ! Le mystère de la Trinité est même « le mystère central de la foi et de la vie chrétienne » (Cat. Égl. Cathol., 234).

Mais cette foi en la Trinité est-elle claire pour les chrétiens eux-mêmes ? Demandez-leur de la justifier. Les enfants, qui apprennent à calculer, vous répondront « 3 dieux ». Les adultes vous répondront « C’est un mystère. » Demandez-leur en quoi leur foi serait changée si finalement la Trinité n’existait pas. Vous serez étonné de leur silence ou de leurs réponses…

La Trinité ? Rien de plus facile à nier pour les incroyants ! Pour eux, soit elle est le produit d’élucubrations mystico-théologiques. Soit elle est un simple plagiat des divinités païennes (comme dans la mythologie égyptienne avec Isis, Osiris et Horus, ou encore la triade Brahma, Shiva et Vishnou en Inde).

L’islam accuse carrément les chrétiens d’être des polythéistes ou ‘associateurs’ qui ‘associent’ Jésus (Issa en islam) à l’unique Allah … avec aussi sa ‘mère’. (cf. S. 5,116 ; que fait Marie à la place de l’Esprit Saint dans cette pseudo ‘trinité’ !? Certes, on peut imaginer que l’Esprit Saint étant considéré aussi comme ‘mère’, il y ait une possible confusion avec Marie.) L’islam qualifie ce prétendu polythéisme de suprême et impardonnable blasphème contre Allah. Les ‘associateurs’ chrétiens ne méritent dès lors que la mort (S. 9,5). 

Réponses

>> La FOI CHRÉTIENNE est sans équivoque sur l’unicité de Dieu : « Je crois en UN SEUL DIEU » (Credo de Nicée-Constantinople). Nul polythéisme ici. Comment d’ailleurs une hérésie païenne aurait-elle pu naître au milieu du judaïsme, par essence monothéiste, surtout avec l’apôtre Paul, le plus zélé des pharisiens et pourfendeur des premiers chrétiens avant sa conversion !?

>> D’OÙ VIENT LA TRINITÉ ? >> DE JÉSUS CHRIST LUI-MÊME ! Celui-ci se présente comme Dieu avec et en son Père, surtout dans l’évangile de Jean. Il le fait de multiples façons, autant dans ses paroles que dans ses actes. Et cela se retrouve dans la suite du Nouveau Testament.

Voir art. Vraiment DIEU ? + Versets bibliques sur la divinité du Christ

>> Si CHRIST EST DIEU avec et en son Père, ils sont donc 2 Personnes divines différentes — mais toujours un seul Dieu : « Le Père et moi, nous sommes UN » (Jn 10,30)… mais toujours deux Personnes distinctes.   Jésus ne cesse de se référer à son Père, ou de le prier. Et son Père se manifeste en le confirmant comme son Fils bien-aimé (Lc 9,35 etc.).

Aucune confusion n’est possible entre le Père et le Fils, qui ne sont ni identiques ni interchangeables, ni des manifestations ou ‘modalités’ diverses de Dieu. – Rien à voir ici avec l’hérésie du modalisme qui prétend que Dieu se manifeste sous des modalités différentes : parfois Père, parfois Fils, parfois Esprit (cf. aussi ici).

Cette hérésie est de fait aberrante : comment une même personne pourrait se parler à elle-même, ou se prier elle-même comme c’est le cas quand le Christ prie son Père !? Non, Dieu n’est ni schizophrène, ni un miroir !

Dans les évangiles, dans ses paroles et ses actes, le Christ est toujours en RELATION avec son Père, donc AUTRE que lui, au point que Jean rapporte l’accusation des pharisiens contre lui :  « Il se faisait l’ÉGAL de Dieu son Père » (Jn 5,18).

Impossible de lire honnêtement l’évangile de Jean sans reconnaître les deux Personnes distinctes du Père et du Fils (Jésus Christ).

>> Le Christ nous promet et nous donne ensuite un « autre Paraclet », une 3e  Personne divine : le SAINT-ESPRIT (Jn 14,16…26), qui agit au même titre que lui, Jésus. Le Saint Esprit est appelé en grec ‘paraclètos’, qui désigne une personne dont la mission est de conseiller et de défendre les disciples, d’où sa traduction en « avocat » ou « défenseur ».

L’Esprit Saint n’a donc rien une simple ‘force’ impersonnelle comme le prétendent les Témoins de Jéhovah.

L’ISLAM prétend qu’il s’agit du prophète Mahomet !! Mais c’est au prix d’une grave falsification du mot « Paraclet » (paraclètos). Mot que l’islam transforme en un prétendu ‘périclètos (« très loué ») censé désigner le prophète Mahomet (Muhammad = « très loué »). RIEN dans la Bible ne soutient cette interprétation frauduleuse ; le mot ‘périclètos’ n’y existe nulle part. Et surtout le « Paraclet » est contemporain de Jésus qui disait à ses disciples : « Il demeure auprès de vous et en vous » (Jn 14,17 ; 20,22 etc.). Et Jésus leur demande d’attendre à Jérusalem « cette puissance » qui en fera ses témoins dans le monde (Act 1,4-8). Comment l’islam peut-il identifier l’Esprit Saint à Mahomet ? L’Esprit Saint fut donné par Jésus à ses disciples à JÉRUSALEM en l’an 30-33. — Mahomet, lui, serait apparu 600 ans plus tard… à la MECQUE !!  CQFD

>> Partout dans le Nouveau Testament, l’Esprit Saint est présenté et agit comme une PERSONNE. Il invite (Apoc 22,17), conseille (Act 15,28), rend témoignage (Jn 15,26), intercède (Rom 8,26-27), enseigne, console, guide (Jn 14 et 16). On peut également l’outrager (Héb 10,29), lui mentir (Act 5,3), l’attrister (Éph 4,30), le blasphémer (Mc 3,29-30)…

>> La TRINITÉ chrétienne n’est donc pas une élucubration gnostique ou même théologique. Les évangiles nous révèlent bien 3 Personnes distinctes en une UNIQUE divinité. Le précepte du Christ est sans équivoque : « Baptisez-les au NOM du Père, du Fils, et du Saint-Esprit. » (Mt 28,19) Le NOM est unique et singulier, rassemblant sur pied d’égalité les 3 Personnes divines.

>> Les textes bibliques affirment la Trinité même si le mot <Trinité> n’apparaît pas dans la Bible. Mais cela vaut de même pour le mot , qui n’est pas non plus dans les Saintes Écritures — ce qui n’empêche que la Bible existe bel et bien !  Et même si la Trinité ressemble apparemment aux triades païennes, elle ne peut leur être assimilée. Car celles-ci sont purement mythologiques et symboliques, alors que la Révélation évangélique du Christ, Fils du Père, est bien réelle et a changé l’histoire. (Du reste, rien n’empêche de penser que certaines triades païennes seraient comme une prémonition de la vraie manifestation de l’Éternel.)

>> L’Ancien Testament annonce la TRINITÉ : en Genèse 1,26 : « FaisONS l’homme à notre image… » (mystérieux pluriel !). Et en Genèse 18, Abraham, au chêne de Mambré, est visité par trois mystérieux voyageurs, appelés dans le texte « le Seigneur » (TOB) ou « l’Éternel » (L. Segond). Épisode qui inspira la fameuse icône de la Trinité de Roublev (photo en tête de l’article).

>> LA FOI CHRÉTIENNE est ainsi confessée depuis 2000 ans, non sans de douloureuses divisions dans les premiers siècles avec la crise arienne (4e s.).

Le Credo de Nicée-Constantinople en est le plus sûr témoin :

« Je crois en Jésus-Christ, DIEU né de dieu, LUMIÈRE née de la Lumière, VRAI DIEU né du vrai Dieu, engendré, non pas créé, de même nature que le   Père. » (L’expression « de même nature » doit se traduire en réalité « de même Être » ou « consubstantiel », consubstantialis en latin, homo-ousios en grec.)

S’écarter de cette profession de foi chrétienne, partagée par toutes les églises, c’est NE PLUS ÊTRE CHRÉTIEN.

Les tristes exemples ne manquent pas chez des prédicateurs pourtant renommés et érudits de la Bible, évangéliques ou pentecôtistes. Voir par ex. ici ou ici. On remarquera les contorsions bibliques de ceux qui veulent à tout prix affirmer que « le Père EST le Fils » (sic) ; ils contredisent autant la Bible que 2000 ans de christianisme.

>> IMPENSABLE TRINITÉ ? Mais qui peut prétendre appréhender l’insondable mystère de Dieu dans sa petite boîte crânienne et ses pauvres concepts ? N’est-il pas vrai que :

– Dieu est VIE. En lui-même, il est Père et SOURCE de son Fils unique, éternel et bien-aimé. Que la vie soit féconde d’elle-même, cela doit-il nous surprendre ?

Certains, comme dans l’islam, limitent la fécondité à la chair et au sexe. Mais dans la Bible et le christianisme, la fécondité est aussi spirituelle : nous sommes ‘fils’ de Dieu ; Paul appelle Timothée son ‘fils’ dans la foi. Comment alors refuser à Dieu, qui est Esprit et Source de tout, d’être Père de son Fils éternel ?

– Dieu est AMOUR. Amour dynamique et relationnel. De la communion du Père et de son Fils éternel jaillit la Flamme d’amour de l’Esprit Saint. Le couple humain en est l’image (Gen 1,26), quand sa flamme d’amour unit les deux époux en une seule chair et un seul couple, et quand cet amour prend ensuite corps dans l’enfant.

Le mystère de la TRINITÉ nous dévoile le vrai Dieu, qui est Père, Vie et Amour. Il est aux antipodes d’un Dieu purement transcendantal, froid ou gazeux, sans visage (déisme), ou dominateur (Jupiter), inconnaissable et impitoyable envers tous ceux qui ne lui sont pas soumis (islam).

La TRINITÉ se manifeste dans la création et notre humanité. Sa VIE est source de toutes les beautés de la Création — jusque dans la diversité des races et de leurs cultures. Et son AMOUR est source de tout don et de toute vraie relation. Au cœur de tout : l’homme et la femme, leurs richesses propres, leur commune dignité, le tout dans l’amour conjugal.

Rien d’étonnant que le christianisme soit porteur et promoteur du grand humanisme. Il est à l’image de son Dieu.

Demandons-nous ce qu’il en est dans l’islam, avec son dieu-Allah, l’Unique, le Transcendant et l’Inconnaissable, auquel tout doit être soumis. Ceci peut expliquer les penchants totalitaires de cette religion, là aussi à l’image de son dieu. (Pour mieux comprendre, voir La croix et le croissant, du p. Antoine Moussali)

>> Enfin, si Dieu nous révèle son mystère trinitaire, c’est pour nous y introduire, et nous partager ainsi son éternité bienheureuse. Nous sommes appelés à devenir fils du Père en son Fils éternel, dans la communion de leur unique Amour-Esprit. (Facile à dire, moins facile à imaginer… et surtout à vivre ! Seule chose certaine : nous ne serons pas déçus, et n’allons pas nous ennuyer dans la vie éternelle.)

 

>> Beaucoup se moqueront de cela. Mais depuis 2000 ans, innombrables sont les chrétiens qui sont ainsi entrés dans ce mystère divin de Vie et d’Amour, et en ont témoigné de mille façons, par d’innombrables fruits évangéliques, par la puissance de l’Esprit, de ses merveilles. Et par leur martyre ! Et par la puissance des miracles opérés au nom des trois Personnes divines.

>> Aucune religion ni aucun système de pensée ne furent plus créatifs que le christianisme. Aucun n’a autant transformé le monde depuis 2000 ans. Et que dire des foules de musulmans devenus chrétiens qui y ont trouvé une joie surnaturelle, une libération et une force que rien au monde ne peut surpasser ? (Et cela au péril de leur vie !)

Sur ces questions, voir nos articles sur Le christianisme est un HUMANISME

Contactez nous